Accès aux soins de santé : l’IA à la rescousse

Quand vous entendez le terme « intelligence artificielle » (IA), à quoi pensez-vous? À un robot intelligent et d’apparence humaine qui peut faire, même mieux, ce qu’un humain peut faire? 

Améliorer l’accès aux soins de santé dans les cliniques médicales grâce à l’intelligence artificielle, c’est possible!

Le mythe du robot-humain est évidemment perpétué par toutes les productions cinéma grandioses des dernières décennies. On n’a qu’à penser à La Matrice, I, Robot, Wall-E, S1m0ne, Ex-Machina, et bien bien plus encore! Toutefois, les experts ne parlent habituellement pas du Terminator quand ils font mention d’IA. 

De manière générale, l’IA réfère à des programmes informatiques. Ils sont capables de compléter diverses analyses et d’utiliser des critères prédéfinis pour établir des tendances. Et aussi prendre des décisions. Ces décision, si on veut, viennent de l’analyse de grosses données. En gros, l’IA n’a pas de « volonté propre » (free will) ni de conscience… du moins pas encore! On est encore loin du jour où on devra appliquer les Trois règles de la robotique d’Asimov pour pouvoir guider nos robots-serviteurs sans la crainte qu’ils soient pris d’une envie de vengeance soudaine. (Merci Hollywood d’avoir empoisonné le puits!)

En termes d’apprentissage machine, qui comprend l’apprentissage profond et les réseaux neuronaux, un algorithme est nourri d’immenses quantités de données. Avec ces mégadonnées, l’algorithme peut accomplir des tâches sans avoir été explicitement programmé pour les exécuter. Il peut aussi apprendre, s’ajuster et même s’améliorer. En gros, il faut beaucoup beaucoup d’information pour permettre aux systèmes informatiques d’acquérir et retenir des connaissances, tisser des liens, tirer des conclusions, présenter des hypothèses, etc.

Comment l’intelligence artificielle appuie le milieu de la santé

En pleine expansion, l’IA est promise à un avenir très prometteur. Alors qu’elle peut être appliquée à presque toutes les industrie, c’est la place qu’elle se taille dans la médecine du futur qui retient beaucoup d’attention. Pour cela, les chercheurs travaillent avec enthousiasme sur de nouvelles approches et techniques IA. Le terrain est très vaste et invitant; tout le monde veut la chance de marquer un touché! Pas étonnant que l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) prévoit que l’automatisation médicale passera de 37 % à 79 % d’ici 2024!

Dans quels domaines l’IA est-elle déjà appliquée ou en vue d’être appliquée? En voici quelques-uns :

  • Chirurgie assistée par ordinateur
  • Aide à la décision diagnostique
  • Recommandation de traitement personnalisé
  • Prédiction d’une maladie et son évolution
  • Détection de maladies dégénératives
  • Anticipation d’une épidémie
  • Diagnostic d’une crise cardiaque
  • Détection de la dyslexie chez les jeunes enfants

L’intelligence artificielle et Bonjour-santé

Depuis ses débuts, la mission de Bonjour-santé est de faciliter l’accès aux soins de santé dans les cliniques médicales et d’améliorer l’expérience patient. 

Avant Bonjour-santé, les patients devaient faire deux longues files d’attente afin de voir un médecin :

  • À l’extérieur de la clinique au p’tit matin en espérant pouvoir s’enregistrer auprès de la réception une fois les portes ouvertes;
  • Dans la salle d’attente une fois l’enregistrement complété, où la moyenne d’attente était de 4 heures et 8 minutes (ou 248 minutes).

Bonjour-santé développa des solutions employant des logiciels et des algorithmes « traditionnels » pour que les patients puissent faire la demande de rendez-vous en ligne ou via un système téléphonique. Avec ces solutions, le temps d’attente dans les salles d’attente a connu une réduction de 82 % en passant de 248 minutes à un peu moins de 45 minutes. 

Mais nous avons voulu faire encore mieux…

Comment accélérer l’accès aux soins de santé?

En moyenne, la PME gère plus de deux millions de rendez-vous par année dans près de 400 cliniques au Québec. Un petit calcul rapide nous indique qu’au total, plus de 10 millions de rendez-vous ont été réservés, gérés et suivis par l’entremise de la plateforme Bonjour-santé depuis qu’elle a été fondée.

Ces 10 millions de rendez-vous représentent une source de données inestimable. Les données ne portent pas sur l’identité des patients. Mais elles tiennent compte d’information, comme : les périodes d’achalandage, le rythme dans les cliniques, les délais, les taux d’absentéisme, les raisons des retards et beaucoup plus. 

En puisant dans ces puissantes données, Bonjour-santé a mis sur pied Accès20. Il s’agit d’un révolutionnaire système prédictif du temps d’attente à base d’IA. Ce système analyse toutes les données à sa portée pour prévoir les délais dans les cliniques. En fait, une quarantaines de caractéristiques sont tenus en compte pour assurer la prédiction la plus juste possible du temps d’attente. Ces caractéristiques peuvent tenir compte de détails aussi précis que la construction près de la clinique, l’horaire des séries éliminatoires de hockey, la température et l’accès au transport en commun!

Comment Accès20 est-il utilisé en clinique?

Par exemple : un patient s’inscrit en ligne à une consultation sans rendez-vous. Il obtient un rendez-vous le mardi à 10 h 20 dans une clinique dotée d’Accès20. Le système évaluera le rythme des rendez-vous et les possibles délais à la clinique au cours de cette journée. Si un délai de 40 minutes est perçu, par exemple, le patient recevra une notification avant de se rendre à la clinique l’avisant du délai. Il pourra ainsi se présenter à la clinique à 11 h plutôt que 10 h 20.

Bonjour-santé souhaitait au départ réduire à moins de 20 minutes le temps d’attente dans les cliniques médicales. Accès20 a permis de fracasser cet objectif en atteignant un temps d’attente moyen de 14,8 minutes

Moins d’attente, plus d’heureux

L’élimination du temps d’attente n’a pas que des impacts positifs pour les patients. Elle influence aussi énormément l’environnement de travail des professionnels de la santé dans les cliniques.

Un patient devant attendre 4 heures dans une salle d’attente, malade et fatigué, risque de s’exaspérer. Ceci ajoute en plus un stress sur tout le personnel de la clinique. De plus, quand la salle d’attente compte 50 patients, l’impatience se point. Le personnel se fait interrompre continuellement dans ses tâches par des demandes de type « Combien de temps encore? ».  Dans de telles conditions, souvent difficile pour lui de compléter l’ensemble des tâches.

De plus, une clinique pleine à craquer de gens malades est un vecteur propice à l’échange de microbes. En réduisant le nombre de patients dans la salle et le temps d’attente, on réduit la durée d’exposition et le risque de contagion! 

Déjà adopté par plus de 300 médecins dans 35 cliniques, Accès20 est une solution très prometteuse. Elle poursuit son déploiement et pourrait même un jour être adaptée aux besoins des urgences dans les hôpitaux. Vous pouvez vous imaginer? Grâce à la vision de Bonjour-santé et ses innovations à base d’intelligence artificielle, tout est possible!

On dirait que la planète a cessé de tourner, ou du moins, a drôlement ralenti depuis le mois de mars.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :